Google se censure en Thailande comme en Chine

Google se taille ? 26
google cauchemar La Thaïlande a finalement baissé sa garde contre Google. Il n’y aura pas de plainte contre le moteur de recherche dans l’affaire des vidéos insultantes à l’égard du roi Rama IX. Youtube, propriété de Google, a accepté de retirer les 12 clips litigieux contre l’intéressé. Le site Youtube est bloqué en Thaïlande depuis plusieurs semaines, sous la menace d’une plainte pour crime de lèse-majesté. Toutefois, « La police thaïlandaise va demander des informations à la société You Tube afin d’enregistrer les plaintes contre ceux qui ont diffusé ces clips » a indiqué à l’AFP le ministre des Technologies de l’information et de la communication.

Dans un courrier adressé au premier ministre, Google a indiqué : « Nous avons le plus grand respect pour Sa Majesté Rama IX. Nous respectons tout autant les lois et les traditions thaïlandaises et espérons être capables d’atteindre une résolution acceptable à cette présente controverse.  »

Dans le même temps, Google et l’assemblée générale des actionnaires de Google ont rejeté à New York une proposition issue du fonds de pension de la ville pour empêcher le moteur de stocker des informations sensibles dans les pays où la liberté sur le net n’est pas garantie. 13 pays avaient été mis à l’index par le groupe financier fin 2006, les mêmes que ceux pointés par Reporters Sans Frontières : l'Arabie Saoudite, le Bélarus, la Birmanie, la Corée du Nord, Cuba, l'Égypte, l'Iran, l'Ouzbékistan, la Syrie, la Tunisie, le Turkménistan, le Viêt-nam et la Chine.

« La résolution définit une série de principes qui devraient être respectés par les entreprises du secteur d’Internet, en particulier quand elles exercent leur activité dans les "treize pays qui censurent et surveillent Internet" Elle rappelle par ailleurs que les entreprises américaines du secteur des nouvelles technologies "doivent impérativement respecter les principes définis par la Déclaration universelle des droits de l’homme" et fait référence à l’article 19 de ce texte, qui porte sur la liberté d’expression. (“Technology companies in the United States... that operate in countries controlled by authoritarian governments have an obligation to comply with the principles of the United Nations Declaration of Human Rights”) » expliquait alors RSF.

David Drummond, un des responsables de Google, a indiqué « se retirer de Chine, fermer Google.Cn, ne sont pas les meilleures décisions à prendre à ce jour, alors qu’il s’agit exactement de ce que cette proposition devrait entraîner ».
Publiée le 14/05/2007 à 09:51 - Source : Multiples
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité