S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Machines à voter : le point en ce dimanche 6 mai 2007

Les files d'attente, seul argument contre les machines

Vote électronique machines à voter ES&S iVotronic-Les machines à voter utilisées à grande échelle il y a deux semaines ont été globalement retenues pour ce second tour. En effet, sur 81 communes, seules quatre d'entre elles sont revenues au vote papier, sans compter Amiens, précurseur en la matière. Les élus des villes de Perreux-sur-Marne, Noisy-le-Sec, Saint-Malo et Ifs ont jugé que les machines à voter créaient de trop longues files d'attente. Une conséquence de la faible abstention, cumulée à un nombre trop faible de machines.

Cette perte de quatre villes n'est donc pas liée au problème de sécurité, ni à un quelconque problème de démocratie. Noisi-le-Sec par exemple, après un premier tour difficile du fait de l'affluence record dans les urnes, a rapidement publié un communiqué pour annoncer un second tour papier à ses électeurs :

« Pour le premier tour de l'élection présidentielle de dimanche dernier, Noisy-le-Sec avait en effet fait le choix du vote électronique pour ses 19 bureaux de vote. Même si la municipalité reste convaincue que ce système de vote n’était pas entièrement responsable des longues files d’attente que les noiséens ont dû subir, néanmoins, Madame le Maire a entendu leur mécontentement et la condamnation majoritaire de ce nouveau mode de scrutin.

machines à voterElle déclare : « Un citoyen qui vient d’accomplir son devoir électoral doit pouvoir le faire dans les meilleures conditions. Nous avions tenté cette expérience avec cet objectif. Il se révèle que nous sommes à l'opposé du but recherché donc (…) j’assume aujourd’hui celui de revenir au vote traditionnel et de restituer les machines qui nous avaient été prêtées gratuitement pour les tester. »

Ce test ne s’est pas révélé concluant, même si la fiabilité des machines à voter n’est pas en cause. »

D'autres villes ont pourtant connu de graves problèmes, notamment Reims, où outre des files d'attente immenses, une différence « de 281 voix entre le nombre de personnes ayant émargé et le nombre de bulletins recensés » a été remarquée précise Le Monde. Les machines ont pourtant été reconduites. Et a priori, tout se passerait parfaitement bien pour le moment.

Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts). Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 06/05/2007 à 15:42

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;