Machines à voter électroniques : bilan de la journée d'hier

Titia n'a pas trouvé les smilies... 203

Vote électronique machines à voter ES&S iVotronic-Les Français ont voté et choisi : Nicolas Sarkozy ou Ségolène Royal sera à la tête du pays d'ici ces prochaines semaines. Outre le taux de participation record, cette élection était aussi celle de l'utilisation massive des machines à voter électroniques, alors qu'une poignée de tests avaient déjà été réalisés dans certaines villes de l'Hexagone il y a trois ans. Mais tout ne s'est pas forcément passé à merveille.

Principale difficulté : l'humain


Du fait de la nouveauté, de nombreux citoyens, notamment les plus âgés, ont eu du mal à utiliser ces fameuses machines, malgré leur grande simplicité. Cumulé au taux d'abstention particulièrement bas et faible nombre de machines (parfois une seule par bureau de vote), les temps d'attente ont été longs, très longs. Jusqu'à 1h30 aux heures de pointe. Dignes des parcs d'attractions.

Mais certains bureaux de vote classiques, sans aucune machine, ont eux aussi connu le même phénomène. Hormis quelques bugs et des problèmes d'électricité, les machines n'ont d'ailleurs pas connu de souci particulier hier. La difficulté se situait plutôt du côté humain, comme souvent noteront certains. Les erreurs dues à l'interface chaise-clavier restent et resteront majoritaires.

Aider quelqu'un à voter : un problème de légalité

machines à voterContretemps et tribulation obligent, certaines personnes débrouillardes ont dû aider les autres plus maladroites afin d'accélérer le mouvement. Un lecteur logeant à Issy-les-Moulineaux témoigne de son expérience, ayant lui-même assisté une future votante peu disposée à faire fonctionner la fameuse machine.

« Juste avant moi, passait une voisine, une dame de la soixantaine, tout ce qu'il y a de charmante et pas du tout gâteuse. Elle n'arrivait pas à utiliser la machine à voter. Le chef du bureau de vote a essayé de la guider "à l'aveugle" sans regarder dans la machine. Comme cela ne donnait rien, il lui a demandé de choisir quelqu'un dans la foule pour l'aider. Elle m'a choisi, elle me connaissait de vue et j'étais juste après elle.

Je suis donc allé la guider dans les étapes du vote. Elle n'avait tout simplement pas trouvé le bouton de confirmation, qui est un vrai bouton, tout en haut au dessus de l'écran. J'ai vérifié les étapes avec elle et elle a pu voter pour la personne de son choix. Je suis ensuite passé pour voter en mon propre nom.
»

Une aide des plus courtoises dans le cas présent. Mais qui sait si plusieurs personnes mal intentionnées n'ont pas orienté certains votes dans leur sens ? Sans parler de la sécurité des machines.

Une partie des 82 communes ayant testé ces machines supprimera d'ailleurs les machines à voter lors des prochaines élections. L'AFP nous informe ainsi que la ville de Saint-Malo optera pour le second tour de l'élection présidentielle ainsi que les législatives pour un vote plus traditionnel.

Publiée le 23/04/2007 à 10:39
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité