Polynésie française : le WiMax en test, l'ADSL en baisse

Tahiti touche au WiMax 43
Rangiroa L'internet continue son développement en Polynésie française.  Selon l’agence Tahiti Presse, une expérimentation d’un accès WiMax a été effectuée à Rangiroa, un atoll de l’archipel des Tuamotu, au nord-est de Tahiti.

L’idée est bien entendu de désenclaver l’île, ses entreprises et les habitants sans coûteux investissements d’infrastructures. Outre la connexion internet, ce dispositif ouvre les voies de la TV ou téléphonie par IP, la vidéoconférence ou vidéosurveillance, l’assistance, l’administration en ligne, etc., bref, toutes les applications qu’offre le haut débit. Le WiMax se prête évidemment bien à la configuration de la Polynésie française

L'ADSL à 512Kbps tombe à 125 €

Le réseau de Mana.pf, une filiale de l'Office des Postes & Télécommunications, couvre l’ensemble de la Polynésie française. Il profite de deux liaisons satellites vers les Etats-Unis et le Canada pour 171 Mb/s de bande passante, et un parc de 22 000 abonnés répartis sur les cinq archipels. En tout, on compte 18 000 lignes ADSL. La grande majorité ne surfe qu’à 128Kb/s, et seuls 10% profitent du 512 Kb/s. La société propose de nouveaux tarifs pour ces résidents :

- ADSL "light" 128/64kbps limité a 2Go de transfert par mois à 4950 XPF soit 41€
- ADSL "standard" 128/ 28kpbs limité a 8Go par mois à 8030 XPF soit 68€
- ADSL "max" 256k/128kbps limité a 12Go par mois à 9900 XPF soit 83€
- ADSL "xtrem" 512/256kbps limité a 15Go par mois à 14.850 XPF soit 125€

Des données qui semblent commercialement inaccessibles ou répulsives, vues d’Europe, mais il suffit de se souvenir des tarifs ADSL de 2004 pour apprécier le chemin parcouru (notre actualité)  :

- ADSL 128k à 9240 XPF (77,43 €)
- ADSL 256k à 12980 XPF (108,77 €)
- ADSL 512k à 27940 XPF (234,14 €)

De fait, les tarifs d’aujourd’hui sont moins cher que les forfaits 30, 70 et 120 h en accès à Internet bas débit par téléphone de 2004.

Des ping pour jouer à pong

Du côté du monde du jeu vidéo, Loëki Vautrin, membre d’une association de joueurs en Polynesie (www.tna.pf pour Tahiti Nui Arena), nous explique d’autres difficultés sur ce coin de la planète : « On ne peut jouer ici que en local en raison de la monté et descente satellitaire qui ne nous permet pas de jouer en international : on relève 800 de ping sur Counter-Strike sur des serveurs ouest américains et 1200 de ping sur WoW par exemple ». Pour autant, la communauté est très active avec près de 400 membres simplement pour cette association.

Selon l’agence de presse, l’expérimentation WiMax va en tout cas perdurer sur deux mois, avant une étude sur une généralisation éventuelle à plus grande échelle.
Publiée le 04/04/2007 à 15:02 - Source : Multiples
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité