S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Pascal Nègre : « Il faut un combat sérieux contre la piraterie »

Pascal Nègre, super star

iTunesPascal Nègre, le président d'Universal Music France, a été interviewé lors du Midem de Cannes par Hedwige Chevrillon de BFM mardi dernier. Cette interview a essentiellement porté sur Universal Music, son bilan 2006 en France, ses prévisions pour 2007, le piratage sur internet, et bien entendu sa vision des DRM.

Les CD en forte baisse, internet en faible hausse.

Avant de traiter des DRM, Hedwige Chevrillon a commencé par rappeler que les ventes de CD en France étaient en baisse de 12,4 % en 2006 par rapport à 2005, et 10,7 % globalement, tous supports confondus. Pascal Nègre note rapidement que la baisse des CD (physique) n'a donc pas été compensée par le « digital » (musique numérique).

ll croit d'ailleurs dur comme fer en la musique numérique et estime que la France est en avance en ce qui concerne les téléphones portables. A contrario, les Français sont en retard sur l'achat de musiques numériques sur internet.

La licence globale, coupable sans exister.

La cause de cet état de fait selon lui ? Les politiques, qui l'année dernière, après une année 2005 synonyme de baisse du licence globalepiratage, ont relancé justement le piratage, en faisant croire aux Français que la musique serait gratuite. Référence à la licence globale.

Hedwige Chevrillon a aussitôt rebondi sur le sujet en mentionnant la loi DADVSI, ce à quoi l'intéressé a immédiatement répondu : « Nous, on attend les décrets d'application, mais il est clair que quand, un soir avant Noël, un certain nombre de députés explique à la France entière que c'est formidable, la musique va être gratuite, et qu'on va mettre une taxe, qui va compenser cette gratuité....

C'est clair aussi que vous êtes pas en train d'expliquer, ce qui est le cas dans les autres pays, que quand vous allez pirater, ben vous faites un acte qui est délictueux, et qu'à un moment donné vous êtes... vous pouvez être victime de condamnation.
»

Rappeler aux Français que télécharger est illégal.

Pascal Nègre prend ensuite en exemple l'Allemagne, qui, voilà 6 mois, a arrêté en une journée plus de 7000 personnes, passant ainsi un message aux Allemands, comme quoi télécharger des morceaux de musique sans les acheter était illégal. La France aurait donc besoin d'une piqûre de rappel, puisqu' « un Français sur deux pense qu'il ne risque rien », précise-t-il.

Le président d'Universal Music note que le marché de vente en ligne est très faible en France. Bien moindre qu'aux États-Unis, qu'en Allemagne ou qu'en Angleterre, dont les ventes sont au moins deux fois supérieures. Le marché français est donc très en retard.

Le DRM est un faux problème.

rfid dvdLa source de la médiocrité du marché français en ce qui concerne la vente en ligne n'est en aucun cas la présence des DRM. Selon lui, ces derniers n'ont pas empêché que le « digital » se vende aux États-Unis, avec plus de 14 % de parts de marché.

Le président d'Universal Music note tout de même qu'il regardera attentivement si les ventes des labels ayant proposé leurs MP3 sans DRM sur Fnac Music et Virgin Mega augmenteront fortement ou non (voir aussi notre interview de Fnac Music). Mais, sceptique, il juge que si ces plateformes ont opté pour du « zéro DRM », c'est en partie parce qu'elles n'ont pu obtenir les DRM d'Apple.

L'inreropérabilité, c'est simple.

Concernant les DRM et l'interopérabilité, Pascal Nègre se prend alors à comparer les DRM d'Apple et des autres vendeurs au marché des consoles de jeux vidéo, prétextant qu'un possesseur de PlayStation ne peut pas acheter de jeu Nintendo. Même exemple avec les voitures quelques secondes plus tôt :

« Je ne sais pas si vous avez une voiture, mais si vous avez une voiture, elle roule soit à l'essence, soit au gazole , eh bien votre moteur n'est pas interopérable. Vous pouvez pas mettre du gazole dans un moteur à essence. »

Le vrai problème, c'est la piraterie.

siffler musique P2PPascal Nègre répète ainsi que le problème n'est pas lié aux DRM. Au départ, les internautes se plaignaient du trop faible choix, ce qui n'est plus d'actualité, avec plus de 2 millions de morceaux différents disponibles. « Maintenant on nous trouve un nouvel argument qui est le problème des DRM. Bon. On en trouvera un troisième. » La qualité de l'encodage des morceaux ?

« Le vrai problème de fond, il est que tant qu'on a pas une vraie bataille des pouvoirs publics sur le fait que, bah si quelqu'un a le choix entre un titre gratuit et un titre payant, il va plutôt choisir le titre gratuit. Tant qu'on n'aura pas un combat sérieux contre la piraterie, effectivement, la France souffrira. »

Pour finir, sachez qu'Universal Music France a signé en 2006 des parts de marché historiques en France, avec 37 % de PDM, alors que l'année 2006 aurait dû être assez moyenne, car sans grosses sorties, contrairement à 2007.

Source : BFM
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts). Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 25/01/2007 à 10:14

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;