Utilisation de WiFi sécurisé : 18 mois de mise à l'épreuve

Asie j'avais su... 39
Singapour Libre port Asie Il venait d'avoir 17 ans, il a désormais écopé d'une peine de 18 mois de mise à l'épreuve pour s'être illégalement servi de la connexion WiFi sécurisée qui traînait dans son voisinage. Nous vous parlions de cette affaire, voilà déjà quelques mois, et le verdict a donc été rendu.

Confondu pour son audace, le jeune Garyl Tan Luo n'aura pu que plaider coupable, mais le juge Bala Reddy, dans sa clémence, a mué la peine de prison (3 ans encourus, du fait du Computer Misuse Act) en ces 18 mois, incluant un passage en maison de redressement et des travaux d'intérêt général, à moins qu'il ne soit appelé pour son service militaire.

Or, Tan s'est servi de cette borne WiFi improvisée pour satisfaire sa dépendance aux jeux en ligne, élément que les partisans du jeu comme menace et addiction nocive ne manqueront pas d'ajouter à leur argumentaire. « Ce jeune avait peu d'amis, si ce n'est aucun », précise le juge. S'il suit actuellement une cure de désintoxication, ses parents ont également reçu l'ordre de lui interdire l'usage du net, ou même d'approcher le réseau durant sa période probatoire.

Ce piratage provient d'ailleurs de ce que la mère de Tan avait confisqué le modem de son fils, lequel sortait alors de chez lui pour parvenir à se connecter. C'est un passant qui, l'ayant questionné sur ce qu'il faisait, a par la suite appelé la police.

Le WiFi à Singapour est aisément disponible dans les maisons, les bureaux et les écoles, et le gouvernement a décidé d'offrir un supplément de spot gratuit dans la ville. De 900, la cité passerait alors à 5000 points d'accès en 2 ans.

L'impatience est décidément un vilain défaut...
Publiée le 18/01/2007 à 15:39
Publicité