Debian 4.0 "Etch" : du retard et une polémique

Il ne fait pas le bonheur mais il y participe 182
debian Debian est l’une des distributions Linux les plus connues. Elle possède malheureusement une réputation des plus pénibles : celle d’être toujours en retard. C’est l’une des raisons pour lesquels mark Shuttleworth a créé Ubuntu voilà un peu plus de deux ans.

La version 4.0 de la distribution, nommée Etch, était prévue pour le 4 décembre. On apprend seulement maintenant que la nouvelle version sera en retard ce que fatalement nous savions déjà. Le fait est que, cette fois, on ne connaît pas la durée de ce retard. Plusieurs mouvements dans la communauté des développeurs convergent pour créer une situation problématique.

Au centre des débats se trouvent deux développeurs : Andreas Barth et Steve Langasek. Ils ont profité d’une initiative lancée pour accélérer le développement de Debian. Cette initiative, Dunc-Tank, fonctionne selon un principe simple : étudier l’impact d’une contribution financière sur la vitesse de développement. Les deux hommes ont ainsi accepté de recevoir 6000 dollars chacun en consentant à travailler à temps plein sur le développement de Debian 4.0.

debian
Debian 4.0 bêta 3, crédit : OSDir

Bien que la vitesse de développement ait pu être améliorée, l’arrivée de ces sommes d’argent a créé une polémique au sein des développeurs. Non que l’argent lui-même ne soit pas un moyen efficace de motivation, mais il coupe surtout en deux la communauté des développeurs. Ainsi, plusieurs voix se sont élevées pour signaler la création d’un système divisé en deux classes de développeurs. De fait, plusieurs de ces développeurs réclament maintenant la démission d’Andreas Barth et Steve Langasek. Joerg Jaspert, à la tête d’un groupe de dix-sept développeurs mécontents de la situation, a exprimé une opinion assez négative sur le projet Dunc-Tank :

« Toute cette affaire affecte déjà Debian plus qu’elle ne l’aurait dû. Elle a déjà provoqué une baisse de l’implication chez un grand nombre de personnes ayant consacré beaucoup de temps et de travail à Debian. Plusieurs ont quitté le projet, et certains paquets sont désormais orphelins… L’administration système et le travail de sécurité sont réduits, et beaucoup de mainteneurs silencieux ont tout simplement mis de côté le travail sur Debian pour passer à autre chose. »

De son côté, Andreas Barth indique qu’il est heureux de l’implication de la plupart des développeurs, mais que le travail pourrait véritablement avancer si certains pouvaient mettre de côté leur attitude enfantine.
Publiée le 22/12/2006 à 11:19 - Source : ZDnet Asie
Publicité