S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Enquête sur l'offre Liaison Fibre Optique de France Télécom

Que la lumière soit faite !

La question de l’ouverture du marché de la fibre optique provoque quelques remous du côté de l’Arcep. L’autorité chargée de la surveillance du marché des télécoms avait demandé en mai 2005 que France Télécom propose aux opérateurs concurrents une offre passive de raccordement des répartiteurs distants. Cette offre leur permet de déployer leurs équipements haut débit « dans des conditions technicoéconomiques proches de celles dont France Télécom a bénéficié lorsqu'elle a installé, avec quelques années d'avance, ses propres équipements dans ses répartiteurs ». Par ailleurs, l’autorité demande également que soit favorisée l'extension géographique du dégroupage afin de propager la concurrence partout.

Vis-à-vis de ces questions, l’Arcep invitait les opérateurs et FT à négocier de bonne foi les caractéristiques de l’offre, sans régulation donc. « Dans le cas contraire, l'Autorité se réservait la possibilité de faire évoluer l'offre de référence de dégroupage », menaçait-elle.

fibre optique

Au printemps 2006, France Télécom annonçait la commercialisation de son offre LFO ou liaisons fibre optique. Les prescriptions de l’Arcep ont-elles été entendues ? Pour le savoir, l’Autorité lançait du 5 octobre au 24 novembre 2006 une consultation publique auprès des opérateurs tiers. Les résultats de ce tour de table viennent d’être publiés : « les opérateurs alternatifs clients de l'offre jugent que plusieurs des caractéristiques de l'offre proposée par France Telecom sont insuffisantes » résume l’ARCEP.

Ils pointent plusieurs défauts comme un manque de transparence (absence de transmission préalable de la la liste des sites desservis par des câbles de fibre ainsi que la liste des tronçons sur lesquels des fibres sont disponibles au sein de ces câbles) mais encore des études de France Telecom trop lentes et donc de nature à retarder l'équipement des répartiteurs par les opérateurs concurrents.

Ajoutons des problèmes de taux de disponibilité des fibres optiques selon certains secteurs un problème qui avait opposé Free à l’opérateur historique. S’agissant de la vérification de non-disponibilité, « il n’existe aucun processus permettant de vérifier la pertinence de l’étude réalisée, notamment par une visite contradictoire » regrette Free. La filiale d’Iliad parlait dans le passé d’offre quasi virtuelle.

Du coté de l'Avicca (Association des Villes et Collectivités pour les Communications électroniques et l’Audiovisuel), on s'étonne de disparités importantes : "Il semble que FT trouve plus de fibres disponibles dans son patrimoine là où il y a un réseau d’initiative publique, donc là où il y a concurrence, que là où il n’y en a pas".

De ce fait, L'Autorité évoque un bilan décevant qui n’est pas expliqué objectivement par FT. Une enquête administrative va donc suivre pour expliquer ces dysfonctionnements. Spécialement, il s’agira d’évaluer les ressources et moyens mis en œuvre par France Telecom pour planifier son propre déploiement, d’une part et pour répondre aux demandes LFO des opérateurs concurrents d'autre part.
Publiée le 20/12/2006 à 11:11

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;