S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Free attaque l'UFC Que Choisir pour diffamation

de la freeture sur la ligne

Les relations entre Free et l’UFC Que Choisir tournent au vinaigre. Le fournisseur d’accès vient d’attaquer, à la suite d'une procédure, deux responsables de l’association de défense des consommateurs pour diffamation : Alain Bazot, le Président de l'UFC-Que Choisir, et Jean-Paul Geai, rédacteur en chef du magazine maison, indique l’AFP.

free

L’affaire remonte à l'action de masse qu’avait intentée l’association contre le FAI. Pour répondre à « l’exaspération des victimes de Free », l’UFC avait coordonné 170 actions en justice de particuliers dans toute la France. Les motifs étaient multiples : « les consommateurs sont dans l'impossibilité de trouver un interlocuteur pour répondre à leurs demandes légitimes. » L’association évoquait alors dans son communiqué « l’autisme » de Free et l’existence de « prélèvements forcés », pour le recouvrement de ses créances. Le communiqué litigieux est toujours en ligne à ce jour.

La diffamation est l'allégation ou l'imputation d'un fait qui porte atteinte à l'honneur ou à la considération de la personne à laquelle le fait est imputé (article 29 de la loi du 29 juillet 1881 - en France). L’intention coupable est présumée, mais l'auteur de la diffamation peut toujours s'exonérer de sa responsabilité en démontrant sa bonne foi. La justice exige quatre conditions cumulatives, pas toujours évidente à démontrer :
  1. la sincérité (l’auteur a des éléments suffisant pour croire vrai le fait relaté)
  2. la poursuite d'un but légitime (celui d’informer, non de nuire)
  3. la proportionnalité du but poursuivi et du dommage causé
  4. le souci d'une certaine prudence.
Selon l’enquête de satisfaction du magazine 60 Millions de Consommateurs, de l’Institut National de la Consommation, la satisfaction des abonnés Free interrogés grimpait à 82% pour les abonnés interrogés. Le chiffre tombe cependant à 43% s’agissant de l’assistance téléphonique.
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Publiée le 19/12/2006 à 15:00

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;