Les développeurs d'OpenSUSE invités à rejoindre Ubuntu

Une histoire tragique d'hôpital et de charité 103
suse novellC’est certainement l’une des réactions les plus étonnantes, suite à l’annonce de l’accord entre Microsoft et Novell. Mark Shuttleworth, PDG de Canonical et créateur de la distribution Ubuntu, a envoyé vendredi dernier un message dans la mailing-list des développeurs d’OpenSUSE. Le but ? Les recruter pour ses propres équipes, ou au moins les faire changer « d’allégeance ».

Pourquoi une telle proposition ? Tout simplement parce que le projet OpenSUSE a été initié par Novell. Très nombreuses sont les critiques à l’encontre de cette société qui, depuis son accord avec Microsoft, est plus ou moins accusée d’avoir vendu son âme au diable ou encore d’avoir amené le loup dans la bergerie. Les avocats du Libre, dont Shuttleworth, accusent également Novell de dénaturer la contribution des milliers de développeurs travaillant dans l’open source.

En conséquence, Mark Shuttleworth indique dans son courrier électronique que les développeurs impliqués dans OpenSUSE devraient penser à changer leur affiliation et à venir par exemple grossir les rangs des personnes impliquées dans le développement d’Ubuntu. Shuttleworth explique qu’il est tout à fait conscient du caractère provocateur de son courrier en plein milieu de la mailing-list des développeurs, et il n’indique d’ailleurs pas Ubuntu comme seule échappatoire possible en citant notamment Gentoo et Debian.

Évidemment, beaucoup de réactions à ce courrier masquent à peine un dédain prononcé derrière une bonne couche de politesse forcée. En fait, le courrier de Shuttleworth n’est pas soutenu jusque dans ses proches collaborateurs, puisque Corey Burger, l’un des auteurs du « Official Ubuntu Book », a présenté des excuses aux développeurs d’OpenSUSE.

La situation est désormais dans une sorte de statu quo, car un développeur d’OpenSUSE, quelque peu agacé par le courrier de Shuttleworth, a envoyé dans la mailing-list des développeurs d’Ubuntu une parodie du courrier original. Le développeur reprend la structure et le langage de Shuttleworth, mais en pointant du doigt cette fois les décisions récentes de Canonical d’inclure du code propriétaire dans l’installation par défaut d’Ubuntu.

Entre « pacte avec le diable » et hypocrisie, une partie de la communauté du libre est actuellement sans dessus-dessous, voire en quête d’identité pour certains.
Publiée le 27/11/2006 à 13:54 - Source : Ars Technica
Publicité