EMI explique comment copier un CD, malgré les verrous

EMI bientôt sous les verrous ? 56
verrouLa période post DADVSI est pour le moins étrange : alors que la loi organise un arsenal pour pénaliser le téléchargement sur les réseaux P2P, pour blinder les verrous anticopies sur les CD (et autres), tout en rejetant l’idée de la licence globale, voilà qu’aux Etats-Unis, plusieurs majors dont EMI et Universal, adoptent un système de téléchargement illimité contre de la pub (système Spiralfrog). Quelques images de lessive, contre quelques instants de musique.

En France, voilà peu, Universal s’est acoquinée avec Neo, un constructeur de lecteurs, pour proposer plusieurs mois de musique gratuite en téléchargement (notre actualité). Cette semaine, l’initiative StopDRM pointe du doigt une page pour le moins surprenante d’EMI (*).

Didacticiel
La major explique pas à pas comment déjouer la protection Copy control avec le plus grand des sérieux selon trois scénarios :
A. Faire une copie sur un graveur de salon
B. Recopier des morceaux sur un ordinateur
C. Faire une copie à l'aide d'un graveur informatique
Au consomateur de choisir le lien en fonction de ses petits ennuis de duplication. Emi enseigne aussi que « le Copy Control a été mis en place afin de lutter contre le clonage numérique et la mise à disposition de la musique de nos artistes sur des réseaux de partage de fichiers illégaux, tout en vous garantissant une pleine et libre utilisation de la musique à titre personnel comme l'autorise la loi sur la copie privée.

   emi cable verrou

Il est en effet possible et simple de faire une copie personnelle d'un disque Copy Control, ou même de recopier les morceaux sur le disque dur d'un ordinateur afin par exemple de les transférer sur un baladeur numérique. Le principe est celui de la copie analogique : nous allons copier le signal sonore émis par le lecteur CD sur un autre CD ou sur un ordinateur. Ce tutoriel explique comment ».

Schizophrénie
La solution est basique, simplissime, faite de bouts de ficelle, puisqu’elle revient à récupérer via un ampli de chaîne hi-fi, le son de son PC sur l’entrée ligne de la carte audio. Mais au-delà de cette simplicité, revenons au texte de la DADVSI : celui-ci ne fait nullement le distinguo entre numérique et analogique. L’esprit y est plutôt de condamner toutes les formes d’atteinte directe ou non, à ces verrous anticopies et de taper sur les doigts de ceux qui oseront les contourner voire inciteront à ces viles manoeuvres.

emi cable verrou

Certes, Emi est toujours libre de verrouiller en amont, et d’indiquer des astuces à deux sous en aval. La société est parfaitement libre de mener à bien ses intérêts comme elle l’entend. Toutefois, comment ne pas concevoir qu'une crise de schizophrénie guette le consommateur face à cette petite documentation ? Comment ne pas s’embrumer les méninges lorsqu’on découvre selon cette page l’existence d’un noble « droit à la copie privée », alors que parlementaires et majors s’époumonent à rappeler qu’il n’y a pas de droit à la copie, mais qu’une simple exception à un droit toute puissante ?

L'EMi public n°1?

Flairant la rectification de tir, l’initiative StopDRM a estimé nécessaire de faire un site miroir de ces pages. On en déduit que ce site est donc la copie d’un manuel de copie d’une major déjouant (un peu) les verrous anti copie de cette major.. Sacré cacophonie. Aux Etats-Unis, cette bidouille du pauvre aura tôt ou tard sa réponse légale puisque le projet Digital Content Transition Security Act veut rendre illégale la simple production ou vente de produit électronique qui convertissent un signal analogique en données numériques, sans inclure les DRM de rigueur...

(*) un post initial de blog.trolleur.net indiquait la page dès fin août, ce qui limite l'hypothèse d'un piratage du site en question.
Par Marc Rees Publiée le 18/11/2006 à 14:30
Publicité