S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

GPL et Freebox, Xavier Niel réplique à la FSF

La guerre des Roses ?

Xavier Niel vient enfin de répondre publiquement aux critiques adressées par la FSF France à Free. L’intéressé a choisi de dévoiler les explications du FAI sur le blog de Jeremie Berrebi, dirigeant de Zlio.com.

Pour mémoire, l’organisation en faveur du logiciel libre pointait dans les Échos un problème de respect de la licence GPL, concernant l’utilisation de pilotes et du noyau Linux dans les Freebox. Selon la FSF, ceci implique la redistribution obligatoire du code à l’ensemble de la communauté. Des réticences que ne comprend pas l’organisation alors que Free a déjà coopéré avec elle, et que « cela ne leur coûterait rien. On ne voit donc pas trop où est le blocage de leur côté », nous indiquait le vice-président de la FSF France, Frédéric Couchet.

freebox tv Le ton est ainsi donné : « Nous respectons la GPL v2, mais la FSF se bat pour la GPL v3, qui est d’une bêtise rare, à tel point que Linus refuse que Linux passe dessous, alors là ils font parler d’eux… Super de la pub gratuite… Un peu normal quand on a une cause désespérée…. » La GPL v.3 serait ainsi pour le fondateur de Free, « un sale truc, purement politique, qui tuera le libre, [avec lequel] il ne faut pas essayer d’utiliser Free pour la faire accepter : c’est non et ce n’est pas négociable ! »

« Pour la Freebox : le noyau Linux est celui de Broadcom ou de Sigma Designs, Busybox est en version standard non modifiée, alors que légalement on aurait rien à discloser, tout est dit et est présent sur ftp.free.fr (qui d’ailleurs est probablement la première source de téléchargement de distribution Linux en France !) » Et Free de rappeler que d’une part, la Freebox est proposée en prêt aux abonnés depuis 4 ans et d’autre part, la société offre depuis longtemps l’hébergement à de nombreux projets libres en France. La société « aide/héberge/finance un nombre incalculable de projets libres, il y a un nombre de geeks libristes au m² dans les locaux de Free imbattable en France, quelqu’un croit-il vraiment que ces dizaines de personnes se permettraient de faire quelque chose de contraire à la GPL v2 alors qu’ils sont probablement les premiers contributeurs du libre en France ? ».

Dans une partie de ping-pong, Free profite surtout du moment pour tacler à droite et à gauche: la société se demande ainsi pourquoi subir un tel traitement alors que « les box, celles qui sont vendues (ou ont été vendues), avec un noyau modifié par nos compétiteurs ne semblent en rien gêner la FSF, c’est pourtant incontestablement contraire à la GPL v2 ! (…) la FSF semble avoir oublié la GPL v2, si on les écoutait Google ou Amazon devrait discloser leurs sources, ce qui est le sens de la GPL v3 ».

Xavier Niel, qui jure que Free respecte la GPL sur toute la ligne, évoque surtout le coup marketing pour la FSF qui « sait que Free est une caisse de résonance sans pareil ! (…) On promet le retrait du marché de millions de Freebox, plus les conneries sont grosses plus on a une chance que ça passe ! Mais quand “ils” ont besoin (et je ne parle pas que de la France, ni que de l’association, mais aussi de ses représentants à titre personnel) de Free je n’ai pas l’impression qu’ils hésitent à venir taper à la porte. Pour qui roule la FSF (ou plutôt ses “représentants”) alors ? ».

freebox devant

Le règlement de compte ne s’arrête pas là puisque Niel met alors directement le doigt sur l’objectivité du journaliste des Échos, qui fut premier a dévoiler ce conflit. Grincement de dents, cette annonce intervenait le jour même de l'introduction en Bourse du titre Neuf Cegetel : « un journaliste pas vraiment considéré pour son “objectivité” vis-à-vis de Free [et] qui dans le même article délivre un bon point à Neuf Cegetel pour un de ses produits vis-à-vis du libre. Neuf Cegetel qui vient d’ailleurs “d’adhérer” à l’APRIL (bras “financier” de la FSF, où l'on peut “s’acheter” une certification “100% logiciel libre” et se faire bien voir de la FSF); et on retrouve tout ce beau monde (dirigeant de Neuf Cegetel, le journaliste des Echos, Tristan Nitot) sur un plateau de LCI 3 jours plus tard…le hasard, c’est fou ».
Publiée le 03/11/2006 à 11:16

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;