Apple : première présentation officielle de Leopard

Mais où sont donc passées les surprises ? 245
Avec cette troisième actualité Apple consécutive, nous entrons dans le vif du sujet et dans ce que les aficionados de la marque à la pomme attendent avec impatience : Leopard, la prochaine mouture de MacOS X.

Après les annonces des nouveaux Mac Pro et Xserve durant sa présentation, Steve Jobs en est donc venu à parler de ce que tout le monde attendait, à savoir la fameuse première présentation de Leopard. Avant de commencer bien entendu, quelques petites plaisanteries sur une certaine firme de Redmond ont été de bon aloi, et il ne fallait pas transgresser la tradition. Avec des slogans du type « Introducing Vista 2.0 », Apple pouvait être certaine de retenir l’attention.

apple leopard

Quelles sont les fonctions présentées lors de cette « keynote » par iPapy en personnes ? Allons-y :
  • La gestion complète du 64 bits : les frameworks de développement Cocoa et Carbon ont été adaptés pour que les développeurs puissent profiter des nouvelles possibilités. Comme sous une édition 64 bits de Windows, il sera possible de faire tourner indifféremment les applications 32 et 64 bits côte à côte.
  • Time Machine : derrière ce nom se cache une fonction complète de sauvegarde qui peut tout aussi bien être automatisée qu’être utilisée manuellement. Elle permet de réaliser des points de restauration ou encore de sauvegarder l’ensemble des données, qu’il s’agisse de documents, applications, paramètres, musiques, etc.
  • L’application Mail a été enrichie pour permettre de prendre en compte l’ensemble des documents que l’utilisateur possède. Une trentaine de modèles ont été intégrés pour fournir un travail propre et l’intégration avec iCal a été renforcée pour planifier plus simplement les tâches à effectuer.
  • iChat a également été enrichi et propose désormais des fonctions amusantes comme la possibilité de faire glisser une photo ou une vidéo pour constituer l’arrière plan de ce qui sera une visioconférence. Plusieurs fonctions seront désormais également accessibles grâce à la télécommande utilisée jusqu’à présent pour Front Row, comme par exemple les présentations sur rétroprojecteurs.
  • Les Spaces : ce sont des bureaux virtuels, au nombre de quatre. Comme sous Linux, il est possible de créer des regroupements d’applications que l’on pourra déplacer librement d’un espace à un autre. Ce type de fonction est très pratique lorsque l’on doit ouvrir un grand nombre d’applications.
  • Spotlight a subi également un lifting en augmentant les possibilités de recherche. Il sera ainsi possible de lancer des recherche sur d’autres Mac en réseau, y compris sur les serveurs. La fonction Quick View permettra de pré-visualiser les résultats d’une recherche sans pour autant lancer l’application adéquate. Il sera en outre possible d’utiliser des commutateurs dans les recherches comme « OU », « ET » ou « PAS » et les recherches pourront se faire vers les métadonnées de type auteur, type ou encore via un mot-clé.
  • Le Dashboard permet également plus de possibilités comme la possibilité de capter tout ou partie d’une page web pour en faire un Widget. Le Dashboard peut également se synchroniser avec .Mac pour garder l’ensemble des préférences lorsque vous passez d’un Mac à un autre. Enfin, Dahscode permettra de réaliser simplement de nouveaux Widgets.
  • Core Animation : il ne s’agit pas d’une fonction utilisable en tant que telle par l’utilisateur final. Il s’agit d’une possibilité offerte aux développeurs d’incorporer des effets d’animations en utilisant divers types de données comme le texte, la 2D, la 3D via OpenGL et les vidéos. Il est possible d’appliquer l’ensemble des effets présents dans Core Image.
  • Accessibilité : Apple a travaillé sur l’accessibilité de son système pour les personnes présentant des incapacités physiques. Ainsi, une voix synthétisée nommée « Alex » pourra être utilisée pour donner diverses informations. L’ensemble du système est également davantage compatible avec les équipements spécialisés prenant en charge le Braille. A noter que si « Alex » n’existe pour l’instant qu’en anglais, la version finale sera multilingue.
Maintenant que ce petit tour du propriétaire est terminé, nous pouvons parler du reste, c’est-à-dire de tout ce qui n’a pas été dit. Et pour cause, la présentation de Leopard présentait un certain vide et c’est pour beaucoup un sentiment de mise à jour mineure qui a pris le relais. Difficile en effet d’accorder foi à certains propos de Steve Jobs quand ce dernier annonce par exemple que toutes les fonctions n’ont pas été montrées afin que les photocopieurs de Redmond ne démarrent pas trop tôt. Quand on sait que le développement de Vista est dans une phase de finalisation et d’optimisation, le risque n’était que bien minime.

Pour autant, les choses ne sont pas terminées, et Vista est d’ailleurs l’exemple type d’un travail qu’il était difficile de juger durant les premières versions si on les compare aux actuelles. Non Leopard n’est pas terminé, et le système est attendu pour le printemps 2007, ce qui pourrait vouloir dire une attente jusqu’au mois de juin prochain. Ce qui n’a pas été dit, mais qui a tout de même été soulevé à l’état de rumeur par des testeurs qui auraient trop parlé est que les performances de Leopard seraient réellement à la hausse.

En effet, Intel et Apple auraient véritablement travaillé main dans la main pour obtenir des compilateurs largement optimisés pour l’architecture dual-core du fondeur. Les échos parlent de gains allant jusqu’à 100% sous certaines applications, bien que Leopard soit prévu pour être compatible avec l’ensemble des machines équipées de processeurs G4 et G5. Cette hausse des performances, si elle est confirmée, pourrait constituer une véritable pierre angulaire pour la migration vers le nouveau système.
Par Vincent Hermann Publiée le 08/08/2006 à 10:33 - Source : Apple
Publicité