S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Novell bannit les modules propriétaires de sa distribution

!kb modules_propriétaires

Novell a décidé de suivre la ligne directrice de la Free Software Foundation en enlevant purement et simplement tous les modules propriétaires de ses distributions. Ce mouvement avait déjà été amorcé avec la sortie de Suse Linux 10, renommé OpenSuse pour refléter le penchant communautaire de la distribution et par opposition aux systèmes réservés aux entreprises.

Et c’est justement la distribution Suse Linux Enterprise Server 10 qui est concernée maintenant par le ménage qui est fait chez Novell. Les modules propriétaires, c’est-à-dire ceux dont le code source n’est pas visible, et encore moins modifiable et/ou redistribuable. Attention toutefois, cette épuration ne concerne que les modules du système, à savoir tout ce qui est connecté au noyau Linux.

Évidemment, les premiers logiciels concernés sont les pilotes des cartes graphiques, notamment toutes ceux d’ATI et NVIDIA. Si les utilisateurs des modèles du premier sont moins bien logés encore que ceux du second, il n’en reste pas moins que toutes les pilotes ont leur code fermé. Pour les constructeurs, la chose a toujours été claire et nette : il est impossible d’ouvrir le code des pilotes pour cause de secret professionnel sur les produits.

L’ensemble du noyau ainsi que tous les modules sont censés être protégés par la GPL (General Public License), actuellement en révision pour sa troisième version. Concrètement, il s’agit d’une version spéciale et remaniée de la licence. Comme l’explique Eben Mogle, avocat de la Free Software Foundation, si le noyau était vraiment protégé par la forme « pure » de la GPL, aucun élément propriétaire, quel qu’il soit, ne pourrait s’interfacer avec, y compris les pilotes vidéo de manière statique ou dynamique.

Pour Novell, le ménage des modules propriétaires dans ses distributions a une double utilité. En effet, en distribuant automatiquement les pilotes propriétaires par exemple avec ses systèmes, l’éditeur se place dans une position de « réparateur » de problèmes. Désormais, le pilote apparaît dans la liste des mises à jour disponibles. Pour Novell, il s’agit d’une occasion de remettre les constructeurs de cartes graphiques en face de leurs responsabilités.
Source : CNet
Publiée le 02/08/2006 à 17:01

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;