S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

La MPAA s'attaque par mégarde à un millionnaire mécontent

Un jour ils attaqueront un artiste pour avoir téléchargé ses propres oeuvres

MPAARien ne va plus pour la RIAA et la MPAA, respectivement les Associations américaines de l'industrie du disque et du cinéma. C'est tout d'abord la première nommée qui a été en peine, avec il y a deux semaines un procès perdu face à une mère de famille et sa fille. Suivi la semaine dernière d'une attaque menée par l'EFF, l'Electronic Frontier Foundation, cette dernière accusant la RIAA de faire régner la terreur sur la population, la plupart du temps sans défense (car pauvre et sans connaissance du droit). Mais la MPAA est malheureusement pour elle tombée sur un os, en s'attaquant à un millionnaire.

L'affaire remonte à l'année dernière, au mois de novembre exactement. Un certain Shawn Hogan reçoit comme bon nombre d'internautes un courrier électronique de la part de la Motion Picture Association of America ainsi que d'Universal Pictures. Selon ces derniers, Shawn Hogan aurait téléchargé via BitTorrent le film "Meet the Fockers", un titre qui au premier abord ne vous dira peut-être rien, mais qui s'est nommé en français "Mon beau-père, mes parents et moi", avec notamment Robert De Niro, Ben Stiller, Dustin Hoffman et Barbra Streisand. Il s'agit bien entendu de la suite du film comique "Mon beau-père et moi".

Seul léger soucis pour la MPAA : Shawn Hogan n'a jamais téléchargé un tel film. Pire encore, il avait déjà le DVD chez lui ! Cela n'a pas empêché la MPAA de lui demander 2500$ de dédommagement, chose que Shawn Hogan refusa fort logiquement. Pensant l'affaire close, Shawn commença à voir rouge quand la MPAA lui retorqua, voire le menaça. S'il ne payait pas immédiatement, ils iraient jusqu'au procès, où il devra payer plusieurs centaines de milliers de dollars. Peu de temps après, comme l'explique lui-même Shawn Hogan dans cette interview datant de deux mois environ, la MPAA enfonce le clou en l'attaquant et en demandant cette fois 3500$ de dédommagement pour annuler le procès. Or contrairement à ce que ferait la plupart des victimes du système MPAA, Shawn Hogan n'a pas accepté et a préféré aller jusqu'au bout !

SNEP L'explication de cette confrontation est toute simple. Shawn Hogan est le jeune PDG de la société Digital Point Solutions, notamment spécialisée dans les services de SEO, Search Engine Optimization. Cette société, qu'il a créée il y a onze ans de cela à 19 ans, l'a rendu millionnaire. Il n'a donc pas peur de dépenser sans compter contre la MPAA. Il a ainsi affirmé qu'il comptait dépasser les 100 000 $ de frais, cependant il pourrait même dépasser le million s'il pouvait gagner contre ceux qui "abusent complètement du système". Une phrase qui ne nous est pas inconnue.

Aujourd'hui, Shawn veut absolument aller jusqu'au bout de cette affaire, qui pour la MPAA est devenue plus qu'une épine dans le pied. Le juge chargé de l'affaire, William McCurine, a d'ailleurs souhaité de lui-même éviter un coûteux procès en proposant 500$, mais Shawn refusa encore tout à fait logiquement. Le procès devrait avoir lieu d'ici les mois à venir, avant la fin de l'année.

Attention toutefois, comme il l'explique parfaitement sur son blog, Shawn Hogan ne va pas tenter de sauver le monde. Il ne faut pas oublier que son entreprise propose des logiciels, et qu'il n'est donc en aucun cas favorable au piratage. Les méthodes de la MPAA l'irritent par contre quelque peu...

En savoir plus :

- sur Shawn Hogan et ses démélés avec la MPAA (interview en anglais)
- sur Shawn Hogan et sa société (inteview en anglais du 21 juillet 2004)
- sur le blog de Shawn Hogan

Source : Wired
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts). Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 27/07/2006 à 06:12

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;