AOL aura-t-il un autre visage dans quelques années ?

La faim justifie les moyens... 94

America Online, plus souvent appelée AOL, fait partie de l'histoire d'internet. Fondée en 1985 par Steve Case, la société Quantum Computing Services, renommée AOL en octobre 1991, a été l'un des premiers fournisseurs d'accès au monde avec CompuServe. Dans un premier temps destinés aux Commodore, AOL a également proposé ses services aux IBM PC mais aussi aux machines d'Apple avant la fin des années 80. Les années 1990 et début 2000 seront bien entendu synonymes de croissance et d'apogée pour l'entreprise américaine.

Après avoir lancé une version DOS de ses services en 1991, être entrée en bourse en 1992, avoir dépassé les 500 000 abonnés en 1993, le million l'année suivante, et plus de 4,5 millions fin 1995, signant une croissance extraordinaire, la firme a amorcé un tournant en 1996. Cette année-là, le géant américain devint international, tout en proposant aux États-Unis un forfait illimité pour à peine 19,95$ par mois. L'année suivante, AOL comptait 10 millions d'abonnés, dont déjà plus d'un million à l'étranger.

En 1998, AOL, qui dépasse alors les 15 millions d'abonnés, rachète Mirabilis, créateur d'un certain ICQ (I Seek You). Netscape passe aussi cette même année dans le giron du géant d'outre-Atlantique. Ce rachat sera complété en 1999, année de l'acquisition du fameux Winamp. AOL commence alors à devenir autre chose qu'un simple fournisseur d'accès. En 2000, AOL compte 25 millions d'abonnés dont plusieurs millions hors USA. Netscape et Winamp ont autant d'utilisateurs qu'il y a d'abonnés AOL, et ICQ dépasse les 65 millions de membres

AOL france En 2001 et 2002, AOL continue son ascension. Sa fusion avec Time Warner se fera en trois ans, entre 2000 et 2002. Dans le même temps, America Online ne cesse de grandir, jusqu'à atteindre le nombre énorme de 35 millions de membres. Depuis, AOL communique moins sur ce sujet, et pour cause. Depuis cette année exceptionnelle, l'américain aurait perdu environ 8 millions de membres, rien qu'aux États-Unis, passant 26,7 millions d'abonnés en septembre 2002 à 18,6 millions en mars dernier.

Pour des millions d'Américains, et aussi de nombreuses personnes de par le monde, AOL a donc été leur premier fournisseur d'accès. Mais les temps changent, et le FAI subit une concurrence de plus en plus rude. En position de force lors du rachat/fusion avec Time Warner, AOL n'est aujourd'hui plus du tout dans la même situation. A un tel point qu'il est possible que dans les années à venir, AOL se transforme quelque peu.

Ainsi, Time Warner compte proposer gratuitement de nombreux services d'AOL, dont certains liés aux courriers électroniques, dans le but d'augmenter des rentrées financières via la publicité. Ces services, pour le moment payants, rapportent pourtant des centaines de millions de $ par an, mais comme le précise cet article d'Associated Press, ce pari risqué doit être fait, aux vues du futur peu joyeux prévu pour AOL.

AOL traverse une crise, et un changement important semble inéluctable. Alors que les abonnements représentaient 24% du chiffre d'affaires du groupe tout entier en 2002, ils ne représentent plus que 19% aujourd'hui. Et cela ne devrait pas s'améliorer avec le temps. De plus, le nombre de visiteurs de ses sites ne cesse de diminuer. En juin dernier, comScore Media Metrix annonçait ainsi que les sites principaux d'AOL avaient vu leur nombre de visiteurs réduit de moitié (44% de moins pour être exact).

A l'heure où AMD rachète ATI pour quelques milliards, il n'est pas impossible que AOL soit vendu un jour ou l'autre, selon son évolution dans les prochaines années. Une vente qui signerait la fin d'une ère, fin déjà amorcée depuis 2002.

Par Nil Sanyas Publiée le 25/07/2006 à 10:14
Publicité