Le procès entre Google et l'AFP refait parler de lui

Mais est-ce que cette actu sera reprise par Google News ? 12

GoogleIl y a plus d'un an maintenant, le leader des moteurs de recherche Google et l'Agence France Presse avaient connu quelques contentieux. En effet, comme nous vous le précisions le 21 mars 2005, l'agence française reprochait au fameux moteur de recherche d'utiliser sans son autorisation ses textes et ses photos dans son service Google News. Rappelons que les articles, dont les titres et parfois les premières lignes sont publiés dans "Google Actualités", ne sont pas choisis par le personnel de Google mais « à l'aide d'algorithmes informatiques ». Google explique ce choix par la volonté de proposer à ses lecteurs des articles « sans aucun parti pris politique ni idéologique » de sa part.

L'AFP, très soucieuse de ses droits, ne l'a cependant pas entendu de cette oreille malgré l'apport important de visiteurs, gagnés grâce à Google. Ce dernier a alors rapidement réagi en supprimant tout ce qui était sujet à copyright et concernant l'agence française. Mais le mal était fait et l'AFP ne comptait pas en rester là.

Aujourd'hui, l'affaire revient sur le tapis et devrait durer encore de longs mois voire de longues années. En effet, la juge fédérale chargée de l'affaire, Gladys Kessler, a précisé hier qu'elle n'a pas été disposée à classer l'affaire à la demande de Google, et a ainsi accordé plus de temps aux deux parties afin de régler le conflit entre l'AFP et le moteur de recherche.

Le contentieux principal qui est posé à l'AFP est que Google a supprimé une partie de ses archives de 2003 et 2004, années posant justement problème. D'après l'AFP, qui a envoyé un courrier aux avocats de Google le 31 mai dernier, un grand nombre de leurs recherches tombait sur des liens morts. L'AFP prend pourtant cette affaire très au sérieux, comme le prouvent les cinq employés à plein temps dévoués à faire des recherches minitueuses parmi la montagne d'informations de Google News.

Selon l'avocat de l'AFP, Joshua Kaufman, 350 articles en français et quatre en anglais ont déjà été identifiés. Onze boîtes de documents ont par ailleurs été données à Google lundi dernier.

Une affaire loin d'être terminée donc.

JGS_NewspaperSportsNB : Troisième agence de presse dans le monde derrière l'Associated Press (américaine) et Reuters (anglaise), l'AFP est aussi la plus vieille agence au monde. Créée en 1835 par Charles-Louis Havas, peu de temps après que le roi Louis-Philippe ait lâché du lest sur la presse en 1830, l'AFP, alors nommée l'Agence des Feuilles Politiques – Correspondance Générale, a déjà une vision mondiale, du moins européenne dans un premier temps. Plus amusant, deux des employés de l'AFP, Paul Julius Reuter et Bernard Wolff, fonderont deux agences en Angleterre (1851) et en Allemagne (1849). Aujourd'hui, l'Agence France Presse est présente dans 165 pays dans tous les continents, elle compte 110 bureaux et a des milliers de journalistes et de collaborateurs à son actif.

À titre de comparaison, l'agence américaine Associated Press, créée en 1846 selon son site officiel (mais en 1848 selon son site français...) suite à une union entre huit journaux New-Yorkais, a plus de 240 bureaux à travers le monde, dont 145 aux États-Unis. Couvrant 121 pays, 3700 employés travaillent pour l'AP.

Quant à l'agence anglaise Reuters, créée en 1851 comme précisé ci-dessus, elle détient 196 bureaux pour 130 pays desservis et 2300 employés.

A noter que la télégraphie a été inventée quasiment en même temps que l'AFP et l'AP, ce qui n'est peut-être pas une coincidence.

Publiée le 19/07/2006 à 15:46 - Source : News.com
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité