34 Etats américains poursuivent des fabricants de mémoire

Un peu comme à la fin de Benny Hill 41
Le procureur général de l’État de New-York, Eliot Spitzer, enfourche encore une fois son palefroi de guerre et part à l’assaut de grosses sociétés. Après l’affaire du rootkit de Sony, il s’agit cette fois d’une plainte contre les fabricants de mémoire.

Ainsi, Micron, Samsung, Infineon, Elpida, Hynix, Mosel-Vitelic, Nanya Technology et NEC sont accusés de s’être entendus sur la tarification générale des modules de mémoire vive afin d’en augmenter le prix de manière artificielle. La plainte porte plus précisément sur la période s’étendant de 1998 à 2002 et est menée par la Californie accompagnée de 33 autres États.

Durant toute la période citée, les fabricants se seraient retrouvés globalement face à une situation où la production dépassait de beaucoup la demande. Comme le veut la loi de l’offre et de la demande, ce genre de situations amène toujours des baisses de prix conséquentes, car les fabricants et constructeurs écoulent alors leurs stocks pour rendre leurs produits plus attirants.

Une première enquête avait eu lieu en 2002, aboutissant à la condamnation d’Hynix, Elpida Samsung et Infineon. À noter, chose intéressante, qu’à cette époque Micron avait obtenu un sauf-conduit pour ses témoignages contre les autres protagonistes. Le procès avait abouti à une amende dépassant les 730 millions de dollars, mais la somme pourrait être bien supérieure cette fois, car, selon Spitzer, les sociétés ont généré un excédent dépassant le milliard de dollars grâce à l’augmentation des tarifs.

Le procès commencera vendredi à San Francisco et a pour but de faire payer les fabricants pour les sommes perçues et pour que la situation ne se répète pas.
Publiée le 17/07/2006 à 11:32 - Source : BetaNews
Publicité