Microsoft réfléchit au successeur de Vista

Heu, faut pas mettre la choucroute avant le saucisson 77
Difficile d’imaginer ce que pourrait être l’après Vista alors que ce dernier est encore à plus de six mois de la sortie. Un responsable de Microsoft, Bryan Barnett, a pourtant effleuré le sujet lors d’une conférence pendant le Venture Forum.

Comme répété à de multiples occasions par Microsoft, Vista est un système important, mais pas pour les raisons que l’on imagine en regardant le système fonctionner. Globalement, son utilisation reste la même que Windows XP, et beaucoup auront trouvé le système plus agréable, mais pas nécessairement différent. En fait, Vista est une « Technology Release » conçue non pas pour changer l’interface, mais pour apporter des briques logicielles nouvelles.

WinFX, dernièrement renommé Framework .NET 3.0, représente l’ensemble des nouveautés introduites avec Vista et accessibles aux développeurs. Si l’API générale Win32 est toujours présente pour des questions de compatibilité, le monde du développement dispose désormais de nouveaux outils, surtout en ce qui concerne le réseau avec WCF (Windows Communication Foundation, ancien Indigo) et la présentation avec WPF (Windows Presentation Foundation, ancien Avalon). Ces noms de « Foundation » (Fondation) présentent d’ailleurs leur importance dans le système.

En fait, Vista sera une occasion pour les développeurs d’utiliser des technologies et des composants jugés plus fiables et conçus, théoriquement, sur le long terme, en particulier la couche de présentation. Lorsque les différentes sociétés qui développement des logiciels utiliseront ces technologies, le paysage logiciel aura changé. La compatibilité sera assurée dans la mesure ou WCF et WPF seront portés vers Windows XP et Server 2003 via un Service Pack. Précisons cependant que, malgré la légende urbaine, il ne sera pas question d’avoir l’interface de Vista sur ces systèmes, notamment sur Server 2003 où cela ne servirait strictement à rien.

Une fois ce nouveau paysage logiciel mis en place, Microsoft pourra capitaliser sur le succès de ces technologies pour bâtir son prochain Windows, que l’on connaît pour l’instant sous le nom de code Vienna. Les informations sur ce système sont rares, car Microsoft n’a que de vagues idées de ce qui sera intégré dans cette version de Windows. Toutefois, on sait déjà que l’interface sera pour la première fois depuis Windows 95 entièrement repensée et que le menu Démarrer pourrait disparaître pour laisser place à un autre type d’utilisation. Gageons que le menu sera sans doute optionnel pour ceux qui souhaiteront une interface plus classique, mais il ne s’agit que de spéculations.

Bryant Barnett est revenu plus spécifiquement sur l’optimisation de Windows pour certaines technologies, notamment la gestion des cœurs multiples de processeurs. Si Vista est porté à mieux gérer le parallélisme des calculs que Windows XP, le Windows suivant serait complètement optimisé pour cette technologie. Il faut dire que d’ici 2010, date présumée de l’arrivée de Vienna, la très grande majorité des machines possèdera au minimum deux cœurs d’exécution.

Barnett termine en expliquant que le nombre de cas à envisager grimpe de manière exponentielle et que Windows devra dans le futur gérer un vaste écosystème de logiciels, de matériels et de possibilités. Mais Monsieur Microsoft, on ne peut être installé sur 90% des machines et se reposer sur ses lauriers pendant vingt ans.
Publiée le 29/06/2006 à 16:15 - Source : InfoWorld
Publicité