S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Un avant-goût de Géoportail, par une voie détournée

Itinéraire bis

Le lancement médiatisé de Géoportail, concurrent des sites de géolocalisation de Google, Yahoo ou Windows, aura buté sur les contraintes techniques. Les serveurs maison n’ont pas su endiguer le flot de visiteurs, aussi bien sur geoportail.fr que sur ign.fr. « En raison [d’une forte] affluence, le site est actuellement saturé » précisait hier le domaine IGN.fr lors d’une tentative de connexion. Même son de cloche côté Geoportail.fr : « Vous êtes incroyablement nombreux à vous connecter au Géoportail, portail des territoires et des citoyens depuis sa mise en ligne. Nous avons enregistré plusieurs millions de connexions en quelques heures. En raison de cette affluence, le site est actuellement saturé » voire « Could not open connection to database server ».

Alors qu’une bonne partie des internautes français tentait sa chance en accès direct ou par moteur de recherche, les serveurs furent rapidement dépassés. Il ne supporterait « que » 500 000 connexions simultanées, éclaire de son côté Le Figaro. Le service promet cependant une mise à niveau. Ce matin encore, dès 6h, Géoportail arrivait très péniblement à afficher la carte du monde. Impossible de poursuivre l’expédition en France métropolitaine ou dans les Dom Tom.

Pour la petite histoire, l’engouement pour ce service n’est pas des moindres. Classée en tête lors d’une requête « geoportail IGN » sur Google, notre actualité de février présentant en exclusivité les premières images du service (sous une autre interface) a été lue plus de 400 000 fois, avec des pointes à 13h, 20h et 23h.

Faute de mieux, les impatients pourront toujours accéder à une partie de Geoportail par une voie détournée : le site Pagejaune.fr . Celui-ci présente depuis quelques temps déjà des photographies aériennes d’une adresse considérée. Une vue affichée en partenariat avec l’IGN justement. Sur l’exemple du Château de Vaux-le-Vicomte, on constate ainsi, plus que des similitudes entre les deux bases. Sur l'annuaire en ligne, l’interface de navigation y est cependant bien plus sommaire et les calques ne sont pas du tout gérés, mais voilà au moins une salle d’attente accessible.


Publiée le 24/06/2006 à 09:10

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;