Matignon se verrouille face à Richard Stallman

La lune dans le caniveau 485
Ce vendredi là devait être l'une des dates importantes pour les 165 000 signataires de la pétition contre le projet de loi DADVSI. Richard Stallman devait en effet remettre au premier ministre les 15 et quelques mètres de feuilles au milliers de noms récoltés par Eucd.info. Il devait également exposer les dangers qu’impliquent les DRM, selon lui (voir notre interview de Richard Stallman). Une visite cruciale alors que le projet de loi DADVSI est encore hésitant entre commission mixte paritaire, souhaitée par le ministre de la Culture, et seconde lecture.


Le rendez-vous est donc fixé à 15h, proche de Matignon, sous un soleil de plomb. Pétition sous le bras, le groupe se dirigeait alors, non sans espoir vers M. de Villepin. Peine perdue : à une petite centaine de mètres de la porte d’entrée principale, des CRS bloquent le passage. Peu après, un officiel pointe et indique qu’aucune rencontre ne sera possible avec quiconque, conseiller ou premier ministre. La discussion ne peut s'engager : « Nous sommes désolés, la décision a été mûrement réfléchie » insiste-t-il, nous priant de stopper là.

Richard Stallman décide alors de dérouler ces mètres de papier à même le sol, le long du trottoir. La scène est alors surréaliste : 165 000 signataires dans le caniveau, la figure historique et mondiale du Logiciel Libre accroupie au même niveau, des forces de l’ordre partout... Frederic Couchet, de la FSF France, aussi déçu qu’excédé, évoque illico la différence de traitement « entre la réception Bill Gates en chef d’Etat par le président de la République et celle de Richard Stallman par le chef de la sécurité de Matignon ». Stallman croit avoir l'explication : « Gates est l’empereur, nous ne sommes que des citoyens », lâche-t-il calmement. Toujours les genoux dans le caniveau, il trouve le temps d’expliquer la problématique des DRM, du Libre, etc. à quelques Américains de passage, étonnés de la situation.

« Négliger ainsi les débats sur DADVSI sera payé en 2007 par les candidats. Les internautes s’en souviendront et Villepin ne pourra se cacher derrière le ministre de la Culture sur ce point. Voilà plusieurs semaines que l’on leur propose plusieurs solutions, en vain. On était attendu aujourd’hui, puisqu’on avait prévenu toutes les autorités de la visite de Richard Stallmann » regrette Fréderic Couchet, avant d’ajouter « la moindre des politesses était de le recevoir. Au-delà du fond, sur la forme, je trouve cela parfaitement lamentable ». Et l’intéressé d’expliquer encore que la solution se trouve maintenant du côté des citoyens, avec le boycott des majors qui vendent les produits DRMisés.

La suite de cette journée se continue aussi du côté de la Fnac Montparnasse. Une flash-mob y était organisée à l’initiative de StopDRM. Au coup de sifflet d’alerte, des dizaines de personnes lèvent des pancartes, arborant « Boycott de la musique verrouillée », « non aux verrous numériques », etc. Un prisonnier tenait lui un écriteau « j’ai lu un DVD sur GNU/Linux ». Après intervention (courtoise) des services d’ordre, les quelques 150 personnes réunies pour l’occasion se retrouvaient devant l’entrée du magasin, distribuant tracts et informations aux chalands.

stallman paris


Devant la réussite de l'opération, ce week-end pourrait être organisée une nouvelle flash-mob sur Paris, apprenait-on sur place. Quant à Richard Stallman, il participera à une conférence-débat encore à Paris, dimanche. Un mini-parlement sera à cette occasion constitué, avec comme invités des parlementaires « qui ont joué et continuent de jouer un rôle de premier plan dans débat sur la loi DADVSI, ainsi qu'un certain nombre de parlementaires locaux ». On devrait en outre connaître cette semaine le sort de cette dernière, selon la décision du premier ministre.


Par Marc Rees Publiée le 10/06/2006 à 10:26