Bill Gates et Paul Otellini : non, le PC n'est pas mort

Piper, fige le ! 56
Récemment, une étude publiée par le groupe IDC mettait en avant une baisse sensible des ventes de PC. Début 2005, les ventes de machines avaient en effet augmenté de 15.9% sur le premier trimestre. Un an plus tard, avec une hausse de seulement 12.9%, on assiste à un ralentissement confirmé de l’accroissement des ventes.

L’étude d’IDC, reprise par beaucoup, semblait indiquer que la technologie dans sa globalité avait tendance à fuir le PC standard pour aller s’installer dans d’autres périphériques et machines comme les iPod. Des assertions sur lesquelles Paul Otellini, PDG d’Intel, et Bill Gates sont revenus.

Gates

Ils ont donc pris leur plus belle plume, et ont écrit au Wall Street Journal afin de faire part de leurs impressions et convictions. Pour eux, le PC n’est pas mort, loin de là, et traverse en fait une période de transition. Les machines actuelles peuvent faire bien plus de choses que servir simplement à rédiger un texte ou compléter un tableau.

On ne manquera pas de noter d’ailleurs le changement de philosophie et de façon de faire chez les deux géants. Du côté de Microsoft, l’arrivée de Vista marquera un tournant, et de toute façon il était temps que la firme prenne ce virage. Misant désormais énormément sur la fiabilité et la sécurité, Microsoft se heurtera encore longtemps au scepticisme, mais Paris ne s’est pas faite en un seul jour. Du côté de chez Intel aussi on assiste à un changement généralisé, avec l’abandon de la course à la fréquence et l’émergence d’une architecture taillée pour le traitement parallèle des informations.

otellini intel

De fait, plutôt que de rendre toujours plus rapide les mêmes tâches depuis la nuit des temps (de l’informatique, bien sûr), on assiste désormais à une croissance horizontale : plus de fonctions, plus de possibilités, plus de souplesse. La cerise sur le gâteau ? L’évolution actuelle de l’électronique, et surtout des processeurs, tend vers une consommation moindre et une réduction de la chaleur dégagée, permettant alors de concevoir des designs de PC largement réduits.

Gates et Otellini se sont donc montrés plus que sceptiques face aux conclusions tirées par certains, d’autant que les utilisateurs, avec leur pléthore de gadgets, auront toujours besoin d’un PC pour une multitude d’utilisation comme le partage de photos depuis un APN, le téléchargement de musiques ou de vidéos, la synchronisation des contacts, des calendriers, des emails ou tout simplement la création d’un point de chute pour tous les appareils communiquants.
Par Vincent Hermann Publiée le 16/05/2006 à 16:03 - Source : Reuters
Publicité