France Télécom limite son offre téléphonie illimitée

L'illimité rongé par limite 108
téléphoneFrance Télécom vient d’adresser un courrier à ses 110 000 abonnés séduits par l’offre « Atout 100% illimité ». Pour mémoire, lancée à l’été 2005, cette offre permet d’appeler en illimité vers tous les fixes et tous les mobiles en France y compris dans les DOM, en Europe et en Amérique du Nord. Un tarif intéressant pour les gros consommateurs puisqu’il plafonne à 79 EUR/mois pour la version 24h/24 et 59 EUR/mois pour la version soir et week-end. Cette offre était proposée en série limitée aux 150 000 premiers clients.

L’opérateur a finalement fait marche arrière : dans le courrier précité, il informe que les appels autrefois illimités vont devenir payant au-delà de 10 heures d’appels. La minute sera facturée 6,9 centimes d’euros, un tarif certes compétitif mais qui n’a plus la même saveur que l’illimité d’antan. Le régime des appels vers les fixes restera lui inchangé.

Le motif de ce retrait ? L’opérateur fait valoir que des revendeurs avaient ouvert des centaines de lignes pour ensuite faire payer les communications passées par leurs propres clients. FT parle ici d’une fraude massive et évoque un risque de revente à perte puisque l’opérateur supporte le coût des terminaisons d’appels versés aux autres opérateurs téléphonique. Un coût à peine financé par les abonnements Atout 100% illimité.

« Ils se faisaient passer pour des abonnés résidentiels et ouvraient des lignes pour reventes » nous a expliqué France Telecom. La fraude a été le fait de « quelques centaines de personnes, mais elle était telle que cela nous a porté préjudice. » A la question de savoir si de tels abus étaient ou non prévisibles, FT nous avoue que « dans une certaine mesure oui, mais de cette ampleur, non. Certains allaient jusqu’à 20h d’appel par jour ! »

« Nous avions le choix : soit supprimer l’offre, mais cela pénalisait les clients, soit augmenter le tarif soit enfin réduire le temps d’appel des fixes vers les mobiles ». C’est donc ce dernier angle qui l’a emporté, un choix neutre pour les deux tiers des usagés qui consommaient moins de 10 h chaque mois, estime FT. L’opérateur doit-il craindre une avalanche de procès avec cette décision ? « On a essayé d’être transparent. Cette offre est sans engagement et donc les consommateurs peuvent toujours résilier. Les clients sont ici informés six semaines avant, temps suffisant pour qu’ils puissent réfléchir et savoir s’ils souhaitent continuer ou pas. Et juridiquement un opérateur a le droit de faire modifier une offre sans engagement, de cette façon-là » assure-t-on. L'on verra à l'avenir si l'analyse est partagée par tous.
Publiée le 25/04/2006 à 16:38 - Source : Liberation
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité