Antitrust : Microsoft offre un support technique gratuit

L'illimité c'est un peu limite... 52
Les relations tumultueuses entre Microsoft et la Commission européenne dessinent une courbe digne d’une véritable montagne russe. La Commission européenne avait estimé en 2004 que Microsoft avait violé les règles de concurrence européenne « en abusant de son quasi-monopole sur le marché des systèmes d'exploitation pour PC. » Une amende de 497 millions d'euros avait été décidée pour cet abus de marché. Depuis, la Commission demande la communication de données afin de favoriser l’interopérabilité avec d’autres systèmes, sous menace d’une astreinte mirobolante de 2 millions d’euros par jour de retard (rétroactive au 15 décembre).

Dans les récents épisodes à rebondissements, Microsoft, toujours sous la menace de sanctions, accusait à demi-mot la Commission de collusion avec ses concurrents. Selon Redmond, l'organe européen aurait enquêté « en secrète collaboration avec les adversaires de Microsoft et en violation des règles de communication qu'il a lui-même établies avec l'expert indépendant », selon la personne chargée du dossier, Neil Barrett. La Commission, par la voie de la commissaire européenne à la concurrence Neelie Kroes, estime que « si nous poursuivons la ligne que nous sommes en train de suivre maintenant, il y aura des amendes et ce ne seront pas de petites sommes. »

Alors que l’on pouvait croire que Microsoft avait fait son maximum, au regard de ses déclarations, l’éditeur vient cette fois de faire un geste d’apaisement. Il indique dans un communiqué qu’il fournira gratuitement un support illimité aux sociétés détenant des licences de ses protocoles pour serveurs de travail. « Le support technique n'est utile qu'une fois que la documentation a atteint un certain niveau de qualité » a sêchement répliqué la Commission, par le biais d'une dépêche Reuters, sous-entendu : quel que soit son degré, cette aide purement technique ne pourra pallier une documentation insuffisante et satisfaire la Commission. Et c'est justement cette documentation complète et suffisante que demande, en vain, l'instance européenne depuis des mois.

La décision finale des autorités sur d'éventuelles sanctions, devrait intervenir après une dernière audition de l’éditeur fin mars.
Publiée le 22/03/2006 à 15:13 - Source : Reuters
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité