Preview INpact Virtuel : Red Orchestra : Ostfront 41-45

De la guerre, on va s'en payer une bonne tranchée 16
Ah, mon cher Prévert... Tu dois te retourner dans ta tombe mon ami, et nombre d'autres adorateurs de la guerre avec toi. Tu nous l'avais pourtant bien dit : « Quelle connerie, la guerre ! » Mais voilà, que veux-tu, les développeurs ont trouvé un vivier à jeux, et il faut bien que les séquelles de jadis passent dans le coeur des joueurs. Et comme Gizmo est un acharné du "tactactactac, pan t'es mort ; et boum l'église romane du 11e siècle ; et pan pan pan les vilains moineaux perchés sur la branche, un peu trop jaunes à mon goût", ben forcément, les jeux de guerre, c'est son dada.

Déjà tout petit, la guerre le fascinait. Le morceau de boyaux qui sort de la veste kaki, l'amputation à vif d'une jambe ou d'un jarret. Dans la ferme mormone où il grandit, Gizmo jouait avec les animaux. Abrité derrière Monique la truie, il revivait les tranchées, puis montait à l'assaut vaillamment pour trucider Totor, le jeune veau, à grands coups rageurs de hache en hurlant : « Crève pourriture communiste ! »


« Parce que la Russie, ça n’a pas toujours été de charmantes donzelles blondes répondant au nom de Natalia, à la jupe légère et au cuissot ferme qui vous chantent Kalinka avant de se ruer sur vous pour lécher avidement votre torse enduit de vodka.

Parce que l’Allemagne, ça n’a pas toujours été de grosses donzelles blondes répondant au nom de Olga, aux couettes légères et au cuisseau épais qui vous chantent Eili, Eilo Eila avant de se ruer sur vous pour lécher votre torse enduit de choucroute.

Il y a plus de soixante ans, la Russie, c’était des champs de ruine. Les soldats de l’armée rouge s’ébattaient gaiement dans la boue.Il y a plus de soixante ans, l’Allemagne était nazie. Ses soldats combattaient pour un idéal culturel et racial, pour certains, combattaient simplement parce qu’on les y obligeait, pour d'autres.
»



*merci à Arthur
Par Nicolas.G Publiée le 09/03/2006 à 12:33
Publicité