S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

IBM Allemagne ne migrera pas vers Windows Vista

Fermer la porte à toutes les fenêtres

Il semble qu’une migration vers Vista n’intéresse pas vraiment la branche allemande d'IBM. La firme capitalise en effet sur le succès de l’open source et travaille sur Linux depuis un certain temps maintenant. C’est Andreas Pleshek, à la tête des ventes open source et Linux chez IBM pour l’Europe de l’est, qui a fait l’annonce de la fin du contrat qui unissait la société à Microsoft pour octobre.

Il ne faut bien entendu pas y voir un choix philosophique ou idéologique. Pleshek a rappelé qu’IBM croyait aux standards ouverts, mais la firme est également la première détentrice de brevets au monde. Sa technique est de marier open source et code propriétaire pour s’adapter à un maximum de situations. Pleshek explique d’ailleurs que l’open source ne s'accommode pas forcément de toutes les situations : dans le cas d’une application conçue pour un secteur très précis ou un public restreint, il n’existe tout simplement pas de communauté intéressée par le développement rapide et complexe d’un logiciel spécialisé, avec les contraintes qui se rapportent à une cible professionnelle.

linux windows

Ce refus de migrer vers Vista peut s’expliquer par plusieurs raisons, et s’il faut y voir en quelque sorte une victoire de Linux, il ne s’agit pas nécessairement de la philosophie globale qui se cache derrière. IBM a fait un grand nombre d’investissements dans le monde de l’open source en général et compte bien profiter maintenant des fruits de son labeur. Ainsi, à partir de juillet, les employés pourront travailler sur Workplace, mais installé sur une distribution basée sur Red Hat.

La migration sera longue, après tout IBM n’est pas franchement une PME. Une partie des postes restera sous Windows pendant un moment, mais il n’y aura aucune migration vers Vista. Etant donné le nombre important de machines possédées par IBM, il s’agit clairement d’un manque à gagner pour Microsoft, bien que le prix d’une licence vendue à IBM n’ait aucun rapport avec celui des boîtes dans les étalages des magasins. Il s’agit surtout d’un message fort de la progression de Linux dans les entreprises, et nul doute que le système d’exploitation connaîtra d’autres avancées dans les parts de marché avec un acteur d’un tel poids à ses côtés.

Reste à savoir si le reste de la firme suivra le mouvement.
Source : NeoSeeker
Publiée le 08/03/2006 à 09:26

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;