La Chine dément vouloir s'éloigner de l'ICANN

« Juste une réorganisation sans conséquence » 4
Après la nouvelle de la réorganisation de ses serveurs DNS, beaucoup craignaient que le changement opéré par la Chine n'ait en partie pour objectif de s'affranchir un peu plus de l'ICANN, et d'instaurer un réseau en chinois, indépendant des Etats-Unis. La Chine dément.

Une porte-parole du centre d'information chinois sur le réseau Internet (China Internet Network Information Center) affirme que le pays n'a absolument pas l'intention de créer ses propres serveurs afin de séparer son réseau de l'Internet mondial. « Nous n'avons pas l'intention de créer un serveur racine et de nous séparer de l'Internet » explique-t-elle.

Selon la Chine, cette interprétation résulte d'un simple quiproquo, causé par une erreur dans la traduction anglaise de l'article du People Daily Online, un journal d'Etat. La version anglaise de l'article affirmait que la Chine voulait intégrer dans ses DNS les suffixes .com et .net, en plus du .cn. Mais la Chine l'a déjà fait depuis quatre an selon l'ICANN et le CNNIC, afin de pouvoir taper les adresses en caractères chinois.

Le seul changement serait alors ici seulement l'ajout des suffixes .mil, .edu et .gov sou la racine .cn, accessibles en caractères romains comme chinois. Ce choix est la simple application d'une décision du gouvernement sur la gestion des noms de domaines chinois. Beaucoup ont vite interprété la volonté de la Chine de se séparer de l'ICANN, à cause des débats sur le contrôle de l'organe par les Etats-Unis, que l'administration Bush est parvenue à préserver l'année dernière.

Beaucoup de pays étaient alors attendus pour se créer un réseau indépendant des serveurs de l'ICANN, la Chine en premier. Mais selon les déclarations du gouvernement chinois, il n'en est rien.
Publiée le 03/03/2006 à 09:49
Publicité