S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

De l'accélération OpenGL sous Vista

Va va voom !

L’implémentation de l’API OpenGL au sein de Vista est un sujet d’inquiétude pour beaucoup. Deux éléments concordent pour « recaler » cette technologie largement derrière Direct3D en termes de possibilités. En fait, l’interface de Vista repose sur DirectX et a besoin de pilotes basés sur un nouveau modèle de développement. Dans ce contexte, le pilote OpenGL crée nécessairement des soucis.

Ce qui empêche finalement l’OpenGL de fonctionner correctement se trouve être la composition de l’affichage sous Vista. Comme expliqué précédemment dans le dossier, le GPU doit se considérer comme un vrai coprocesseur graphique. Son temps devient partagé entre les applications, qui peuvent à leur tour demander un accès. Ce dernier est non exclusif, c’est-à-dire qu’aucune application ne pourra s’accaparer intégralement « l’attention de la carte graphique ». L’avantage immédiat de ce procédé est qu’une foule d’applications différentes peuvent puiser « simultanément » dans les ressources graphiques.

Le problème de l’OpenGL, dans son implémentation actuelle, est justement qu’il n'écrit absolument pas dans l'écran de composition. Il obtient un accès direct au GPU, mais se déclare au système comme voulant l'exclusivité de la surface d'affichage. Résultat des courses : OpenGl obtient ce qu'il a demandé et la composition est désactivée.

En clair, l’implémentation actuelle doit évoluer, et il existe pour ça deux nouvelles méthodes. La première est décrite dans le dossier et consiste en une implémentation d’OpenGL à la sauce Microsoft. Contrairement à Windows XP, la version intégrée n’est plus la 1.1 mais la 1.4, et les développeurs ont fait en sorte de limiter les pertes de performances. L’avantage cependant est que les applications y faisant appel ne provoqueront pas l’arrêt de la composition.

L’autre méthode est plus élégante mais demande plus de travail. Microsoft a mis en place un nouveau modèle de pilotes ICD qui permettrait finalement aux applications utilisant l’OpenGL non seulement de fonctionner à leur plein potentiel, mais également de ne plus avoir d’accès exclusif à la surface d'affichage. Dans les grandes lignes, OpenGL pourra toujours avoir un accès direct au GPU mais il ne sera pas exclusif, car le nouveau pilote réorientera le résultat dans la composition, en rectifiant le tir en quelque sorte.

Il faudra cependant que les constructeurs mettent à jour leurs pilotes car dans l’absolu, tout reposera sur eux. Cependant, grâce à ce travail, tout le monde sera « gagnant » : les applications pourront utiliser librement n’importe quelle version d’OpenGL, y compris les versions 2.0 et ultérieures, et la composition restera active. En théorie, cette méthode permettra de brasser indifféremment des effets Direct3D et OpenGL au sein de la composition par exemple.

Merci à Jérôme pour l'information
Source : Blog MSDN
Publiée le 28/02/2006 à 18:01

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;