Le Rwanda, terre d'accueil des hautes technologies ?

Contre les pompes Afrique des réseaux 53
Réunir le Rwanda et les hautes technologies dans un même sujet n’était a priori pas une mince affaire. Si l’on considère qu’en effet une connexion haut-débit coûtait il n’y a pas si longtemps la bagatelle de 1000 dollars par mois, on peut se demander dans quelles proportions la situation a changé. Et bien elle change, et rapidement qui plus est.

La société Terracom a fait un débarquement surprenant dans le pays. Elle a racheté l’opérateur RwandaTel pour vingt millions de dollars, et a fait chuter en peu de temps le prix moyen d’un abonnement à environ 80 dollars. La cerise sur le gâteau ? Ce prix inclut l’abonnement téléphonique. Si ce tarif nous paraît cher en France, il faut relativiser et observer le chemin parcouru très rapidement par le Rwanda en général.

La société a déjà installé près de 350 kilomètres de fibre optique. Elle espère attirer ainsi attirer des entreprises intéressées par les affaires en Afrique. Terracom profite en outre de l’impulsion donnée actuellement par le président du pays, Paul Kagame. L’homme qui se tient derrière Terracom, Greg Wyler, avait été impressionné de trouver à son arrivée un projet visant à équiper les écoles d’ordinateurs à 2300 dollars munis de connexions par satellite. Des machines bien chères pour un débit de 64kb/s.


Partant sur une idée du nombre d’abonnés plutôt que sur un prix de l’abonnement, Terracom a dépassé le nombre total d’abonnés de RwandaTel en à peine un an d’existence. Aujourd’hui, la société est en pourparlers avec Sun pour mettre en place 20 000 clients légers dans les écoles. Ces machines, ne consommant en moyenne que 20W, ouvrent la porte d’une alimentation complète par énergie solaire.

L’ambition de Wyler est de faire du Rwanda un « hub de communications » pour toute l’Afrique, afin d’y attirer des entreprises, et donc du travail.
Publiée le 23/02/2006 à 18:22 - Source : The Register
Publicité