La FTC va humilier en public les annonceurs adware ?

On se charge du goudron et des plumes... 24
Le conseil américain de la concurrence (Federal Trade Commission) vient d'annoncer son intention de dévoiler publiquement les sociétés qui utilisent des adwares cachés pour faire leur publicité.

La mesure pourrait aider à la guerre contre les adwares, ces logiciels qui s'incrustent dans nos machine pour afficher des publicités non-sollicités dès que l'occasion s'y prête. L'association Anti-Spyware Coalition approuve le projet, qui ne peut être que bénéfique, selon elle.

« Dans ce contexte, provoquer la honte d'une société sur ses dépenses de publicité pourrait aider à protéger le cadre de vie privée du consommateur » explique la FTC. L'idée est d'annoncer au grand public les noms des entreprises qui utilisent des adwares cachés pour faire leur publicité, ou qui utiliseraient même des spywares dans le même but.

D'autres contestent, comme Trevor Hughes, président de l'association Network Advertising Initiative, qui qualifie le projet d' « action drastique ». Il ajoute : « Il y a des entreprises de bonne volonté qui ne comprennent pas comment leurs publicités sont affichées. C'est facile de causer la honte de ces annonceurs, mais cela ne résoudra pas le problème. »

Le centre du problème est qu'ici, la majorité des annonceurs confie les activités de publicités à d'autres sociétés spécialisées dans le domaine. Par exemple, AzoogleAds, une société spécialisée dans le domaine, utilise des adwares pour publier 5 % de ses annonces. Parmi ces adwares, les logiciels de WhenU, présents sur quelques 12 millions de PC à travers le monde, et installés en bundle avec 80 applications différentes.

Les défenseurs de l'humiliation publique affirment que la solution pourrait permettre de clarifier les choses, et de combattre concrètement le problème. Les opposants, comme WhenU, affirment que ces humiliations ne changeront rien aux pratiques des acteurs malintentionnés du milieu, tout en touchant de plein fouet la clientèle de bonne foi des sociétés de publicité.

La FTC ajoute que parallèlement à ces humiliations publiques, la voie légale reste une solution de choix. « L'installation cachée de tels logiciels frustre les consommateurs, qui ne peuvent plus contrôler leur PC, c'est un détournement numérique qui donne lieu à des poursuites judiciaires » explique l'un des membres de la FTC.
Par Bruno Cormier Publiée le 10/02/2006 à 15:57 - Source : CNet News.com
Publicité