Vista 64bits aura besoin de pilotes signés

Séances de dédicace sur Mika Hakkinen en perspective ? 168
L’un des problèmes fondamentaux de la plateforme Windows concerne les pilotes et leur gestion. Les rapports d’erreurs envoyés par les utilisateurs à Microsoft lors des plantages des systèmes 2000 et XP ont mis en avant que plus de 85% sont dus à des pilotes de mauvaises qualité.

Bien que ces pilotes ne soient pas tous susceptibles de provoquer un crash inopiné du système, certains étaient connus pour provoquer un certain nombre d’écrans bleus. Un exemple : logitech, dont les pilotes pour souris et claviers ont acquis, à une époque, une bien triste réputation. Bien que Microsoft travaille actuellement sur un nouveau modèle de pilote, la société a également pris certaines décisions en ce qui concerne la fiabilité de son futur système Vista, en particulier pour la version 64bits.

Dans cette dernière en effet, il y aura des obligations et quelques interdits. Par exemple :
  • Les utilisateurs qui ne sont pas administrateurs de leur système ne pourront en aucun cas installer de pilote non signé numériquement
  • Les pilotes destinés aux composants pouvant faire transiter du contenu protégé doivent être numériquement signés. Cela concerne donc les pilotes des cartes vidéo ou encore ceux des cartes son
  • Sur les systèmes 64bits, les pilotes en mode noyau devront obligatoirement être signés. Les pilotes non signés ne pourront tout simplement pas être installés
Bien entendu, cela implique pour les sociétés développant des pilotes de s’adapter aux nouvelles règles. Si le nouveau modèle de développement de pilotes de Vista (Windows Driver Foundation) permet d’obtenir une nouvelle génération plus stable, la signature sera donc obligatoire pour tout ce qui touche au noyau, ceci afin d’éviter autant que possible à ce dernier d’être atteint par un code déficient. A noter que la procédure de signature numérique sera évidemment modifiée en conséquence.

Pour les développeurs de pilotes, signer numériquement un pilote revient d’abord à un Commercial Software Publisher Certificate (CSPC) de classe 3 auprès de VeriSign. Une fois le certificat obtenu, l’éditeur peut créer une demande de signature auprès de Microsoft. Des précautions qui d’un côté nourissent les attentes des majors qui souhaitent plus que tout que leur contenu ne soit plus piraté, et de l’autre permettront sans aucun doute d’améliorer la stabilité générale du système.
Publiée le 23/01/2006 à 11:52 - Source : Microsoft
Publicité