S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Forte progression du dégroupage en France en 2005

Garder la ligne, ou pas, zat is ze question

L'Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP) vient de publier son dossier sur l’état du dégroupage en France. Selon ses estimations, la France est encore en 2005, le leader européen en la matière. Le parc de lignes dégroupées s’élève à 2.82 millions. Du coup, le dégroupage devient le premier mode d'accès utilisé par les opérateurs alternatifs pour concurrencer les offres haut débit de l'opérateur historique.

Pour dessiner les tendances, l’organisme note qu’en 2004, il s’agissait d’assurer l’extension géographique des zones couvertes en dégroupage, et de démultiplier le nombre d'accès dégroupés,surtout en dégroupage partiel. Et l’année 2005 consolide ces mouvements, notamment avec l'intervention croissante des collectivités locales.

Au 31 décembre 2005, on dénombre 2 228 000 lignes lignées en dégroupage partiel. Pour le dégroupage total, le chiffre est de 592 000 lignes, soit autant de personnes qui ont coupé les liens avec France Telecom. Le dégroupage total a été multiplié par 6 et sa progression est maintenant plus rapide que le dégroupage partiel (+64% contre +6% au 4eme trimestre), en nombre de lignes.

France Télécom aura  livré aux opérateurs alternatifs 1107 sites de dégroupage (1058 en métropole et 49 dans les DOM). On signale cependant un tassement de l'extension des zones dégroupées, passant de 52 % à 54 % seulement.

Quant à l’intervention des collectivités locales, l’Autorité indique qu'elle a été déterminante pour trois quarts des nouveaux sites livrés par FT en métropole, spécialement en Alsace, dans le Loiret, l’Oise et les Pyrénées Atlantique. Dans ces zones, les collectivités ont délégué les marchés de déploiement de réseaux de fibre à l’échelle du département ou de la région. On rappellera cependant que dans deux de ces départements, un conflit ouvert oppose Free et Neuf Cegetel et Altitude (partie Entreprise). Le premier dénonce les prix trop élevés des réseaux de plusieurs collectivités, la délégation de service public étant, selon l’expression de Michaël Boukobza, un véritable «gâteau juteux ».

dégroupage 2005
Publiée le 17/01/2006 à 09:26

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;