La Bibliothèque Numérique Européenne, pour la fin 2006 ?

Dans une interview, Jeanneney se livre (ok, je connais la sortie !) 24
La BNE ou Bibliothèque Numérique Européenne, va connaître un certain coup d’accélérateur ces jours-ci. Mercredi à Paris, une réunion du comité de pilotage de ce projet doit avoir lieu. A l’occasion, les grandes lignes du projet seront présentées. On estime d’ores et déjà que dans le cadre d’une numérisation massive, ce sont entre 50 et 60 000 ouvrages qui seront traités fin 2006, estime Jean-Noël Jeanneney, Président de la Bibliothèque nationale de France.

livre libreLe comité devra principalement coordonner les actions nécessaires à la constitution du fonds numérisé européen. Les premières pierres de la BNE avaient été envisagées en réaction à l’initiative de Google et son projet de bibliothèques numériques. « A partir du moment où l'on numérise ces 14 millions de livres, il y a un sentiment de puissance, [cela] pose un problème car il y a forcément un choix vu d'Amérique, et choisir, c'est forcément colorer. Ce n'est pas neutre » expliquait dans un ouvrage M. Jeanneney. Son analyse visait le projet titanesque de Google de numérisation de 15 millions d'ouvrages, en ligne dans quelques années.

Evidemment, le projet public et européen se heurte à certaines lourdeurs : il faut attendre en effet la concertation et l’accord de 25 pays, mais si Jean-Noël Jeanneney estime que l’on peut démarrer avec un noyau de 5 pays environ. Il chiffre le coût de la numérisation dans une fourchette (large) de 8 à 15 millions annuel, pour la France avec pour objectif, une ouverture d’ici la fin 2006. « On peut imaginer disposer de 50.000 à 60.000 ouvrages numérisés fin 2006. Mais ensuite la contribution française ne saurait être inférieure à 150 000 voire 200 000 livres par an » indique-t-il dans une interview aux Echos. Selon une dépêche AFP, 23 bibliothèques nationales sur 25 ont à ce jour adhéré au projet, on notera ainsi l’absence de l’Angleterre et du Portugal, ce dernier absent cependant pour des raisons techniques.

On notera que face à cette opposition Google Vs. Europe, d’autres projets ont pris racine. Yahoo par exemple, soutient l’Open Content Alliance (OCA), une bibliothèque multimédia alimentée directement par les maisons d’édition et les auteurs et reposant également sur le domaine public. Le projet est soutenu par Internet Archive, l’Université de Californie et celle de Toronto, Hewlett-Packard ou encore Adobe ou Microsoft.
Publiée le 10/01/2006 à 11:59 - Source : Les Echos
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité