SatuGO : prenez vos photos différemment

Lancer de baballes adapté à l'humain... Va chercher bonheur David 40
Ah, les villes... Réservoirs de photos dont les portablophiles mitraillent les monuments, les jupes des filles et pratiquent l'autoportrait fashion... Décidément, je n'échangerais pas deux barils d'air pur de la montagne (celle qui vous trépane, pas celle qui vous gagne) contre un pot d'échappement bien crasseux. Et pour conforter le geek des villes, SatuGO veut lui offrir une nouvelle occasion d'appréhender l'urbanisme, et d'en exécuter des clichés de façon inhabituelle.

      
"Le gadget do it yourself, en kit ikéa : sans instructions."

Avec son Giga de mémoire pour enregistrer vos photos, voici effectivement un jouet qui vous promet un regard nouveau sur le monde. Simple comme une projection de caillou sur les carreaux fragiles de M. Durand pour lui faire peur, car il a aussi le coeur de fragile (les espiègleries de l'enfance...), SatuGO veut offrir au photographe une approche différente de la prise de vue. Après un lancer gracile et délicat, la balle, à son premier rebond prendra une photo. Le contact sert de déclencheur à la prise de photo. Evidemment, les amateurs de baseball sont priés de s'abstenir ; malgré une couche épaisse de protection en caoutchouc, qui le ferait plutôt ressembler à une super balle, et un revêtement solide pour protéger les composants à l'intérieur, l'appareil reste fragile. Ni batte, ni de club de golf.

        
"Bon, on m'a dit de regarder, mais je sais pas trop où..."

Une fois votre recherche de l'image en mouvement, ou du mouvement par l'image, effectuée, direction votre PC pour un branchement en USB, unique moyen pour profiter de vos clichés. Autre avantage, le SatuGO peut servir de webcam. C'est juste pour dire, parce que finalement 3 mégapixels, ce n'est pas non plus une révolution dans la qualité. Si ? Naan... Enfin, si votre degré de création artistique s'exerce dans la recherche nocturne, ou dans le différé, le flash et le retardateur faciliteront l'expression de votre sensibilité. Sauf que vous serez contraint de placer la baballe sur son support, et de lui tapoter gentiment dessus pour lui donner vos ordres. Le décompte sera équivalent au nombre de petits coups que vous aurez frappés. En rythme, s'il vous plait...

      
"Tu m'fais d'la penne, tu sais, la mouette"

C'est certain, ceci n'est encore qu'un abject concept objet, envisagé aux alentours de 69 €, à l'esthétique plus proche de la grenade que l'on dégoupille. D'autant que la team reste à la recherche de sponsors, d'investisseurs, ou de psychotiques de la photographie de petites culottes. J'en connais un qui avait déjà intégré, dieu sait comment, des appareils numériques dans des poussins pour avoir les dernières images avant écrasement sanguinolent contre un mur. C'est un poète notre confrère de INpact Virtuel.
Par Nicolas.G Publiée le 06/01/2006 à 11:47 - Source : SatuGO
Publicité