S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Entente sur le prix de la musique en ligne ?

Tel est prix qui croyait pendre

Eliot Spitzer, procureur général de New York, vient de lancer une enquête judiciaire contre les quatre principales majors. La procédure concernerait spécialement le prix pratiqué dans le secteur de la musique téléchargeable. Selon les premiers éléments, il s’agirait ainsi de savoir comment se calcule le prix de gros sur ce marché. Il se pourrait ainsi que d’éventuelles distorsions de concurrence et d’entente soient constatées. Warner comme Sony BMG sont d’ores et déjà concernés par cette enquête.

L’affaire s’inscrit à la suite d’un épisode qui a opposé voilà peu Steve Jobs avec ces grosses compagnies de la musique, lesquelles préfèreraient des prix variables (à la hausse) au système forfaitaire d’iTunes. En réaction, Jobs déclarait « Nous essayons de sortir les gens du  piratage en leur disant : " Vous pouvez achetez ces chansons pour un prix correct ", mais si les prix augmentent significativement, ils repartiront vers le piratage. Alors, tout le monde sera perdant. »

spitzerEdgar Bronfman, le président du groupe Warner Music, réagissait en déclarant « Je ne connais aucun contenu dont le prix n'est pas variable (…). Les temps de création ne sont pas les mêmes, la durée des morceaux non plus. Nous voulons un prix variable et insistons. » Avant de conclure que « c'est le marché qui devrait décider, non pas un vendeur. Certaines chansons devraient être à 0,99 dollar, et d'autres plus chères. » L’enquête antitrust du célèbre procureur Spitzer a, dans ce contexte, une saveur particulière. De même, l’affaire pourrait avoir un certain retentissement en France alors que la loi DADVSI cherche à favoriser, à sa manière, les solutions payantes de téléchargement en restreignant la copie privée.

Notons enfin que Spitzer enquête déjà dans l’affaire SonyBMG, dite des rootkits, et qu’il a déjà obtenu de ce dernier ainsi que de Warner Music, un dédommagement de respectivement 10 et 5 millions. Il s'agissait alors de sanctionner une série de pots de vin versés aux programmeurs de stations de radio pour les inciter à passer les titres du label...
Source : Reuters
Publiée le 26/12/2005 à 10:05

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;